Un grand, un très grand des chants de la lutte des ouvriers italiens vient de disparaître à Milan cette semaine.
Ivan Della Mea etait ,  avec d'autres  comme Fausto Amadei, et Giovanna Marini  ,  porteur des traditions populaires , des traditions de résistance de la chanson italienne.
Avec lui s'envole tout un pan de l'Italie bouillonante de la fin des années 60 (millenovecentosessanta) que j'ai bien connue pour l'avoir fréquentée de près .
Même si aujourd'hui une chanson comme "O cara moglie"  (cliquer sur le lien ) peut sembler dépassée, Ivan Della Mea n'a jamais baissé les bras : il a continué jusqu'à son dernier souffle son combat pour la défense des plus démunis.

http://www.youtube.com/watch?v=CyhSwJVkF3U